Matin Brun, le projet #Twittconte en détails

Comment l’écriture d’un twitt-récit peut-il aider les élèves de 3e à comprendre les enjeux du passé… Et du futur ?

Marie Especel est enseignante de Lettres et référente EMI au collège Jacques Prévert de Bourg dans l’académie de Bordeaux. Enseignante innovante récidiviste s’il en est, Marie avait déjà expérimenté Twittconte via un EPI  autour du roman Eldorado de Laurent Gaudé. Elle  explicite dans cet article sa prise en main et son adaptation du dispositif Twittconte aux besoins de ses élèves et du projet pédagogique qu’elle met en place pour et avec eux.

Il était une fois, les origines du projet

Ce projet s’est inscrit dans une séquence consacrée à l’étude de la nouvelle Matin Brun de Franck Pavloff. Dans ce récit qui prend la forme d’un apologue, deux personnages, le narrateur et son ami, assistent, dans une large indifférence à la montée d’un régime totalitaire. Ce n’est qu’à la fin de l’histoire que le narrateur comprend qu’il aurait dû résister, mais c’est déjà trop tard…

S’est rapidement posée, en classe, la question de l’attitude des personnages et de la société en général dans cette histoire : pourquoi les personnages préfèrent-ils obéir à des ordres absurdes ? Que signifie résister ? N’est-ce pas vain de résister si c’est pour mourir quand même ?

J’ai donc souhaité amener les élèves à aborder la nouvelle sous des angles nouveaux en convoquant ceux dont on n’entendait pas la voix dans le récit. Ce sont des élèves qui ont l’habitude de travailler sur des projets interdisciplinaires en Lettre-Histoires ; je voulais donc faire appel à leurs connaissances du cours d’Histoire.

Ayant deux classes de 3e, il m’a semblé opportun de créer une réflexion non pas similaire mais complémentaire avec les deux classes. A la manière des Twittcontes, mes classes sont donc devenues le miroir l’une de l’autre.

Abracadabra, la mise en œuvre

Difficile d’organiser le travail parallèle avec les deux classes. Ce sont néanmoins des classes rôdées aux usages du numérique en cours de Français. L’une des deux classes est la classe de 3e média, les élèves utilisent déjà Twitter dans le cadre de l’option (@mediaprevert). Les élèves de l’autre classe ont été également formés à l’usage de Twitter en classe de 4e. Il a en revanche été nécessaire de réfléchir avec les élèves aux enjeux et avantages de l’écriture et de la publication d’un récit en ligne : quelles règles respecter ? Pour qui écrit-on ? Quelles formes peuvent prendre les productions ? Quelles possibilités d’enrichissement du texte le numérique nous offre-t-il ? Quelles sont les contraintes de l’écriture via Twitter ?

En résumé, ce travail porte sur trois domaines :

  • En Lettres : vérifier la compréhension de l’œuvre / travailler l’implicite / comprendre la notion de propagande vs information.
  • En Histoire : réinvestir des notions historiques dans une production littéraire de fiction.
  • En EMI : utiliser un réseau social aux codes particuliers / vérifier des informations / produire et publier des écrits / comprendre comment on peut manipuler l’opinion via les réseaux sociaux.

Etape 1 : les personnages

Les élèves ont d’abord déterminé quels seraient les personnages de leur récit : si certains s’imposaient car ils étaient déjà présents dans le récit (le narrateur, son ami Charlie, l’Etat, le Quotidien de la ville, les Nouvelles Brunes), il a fallu en imaginer de nouveaux. Le choix a été fait de créer le compte d’un résistant, d’un collaborateur et d’une organisation opposée au gouvernement.

Chaque classe était responsable de quatre comptes. Le travail a donc été mené par groupes. Dans un premier temps, ils se sont livrés au recueil et à l’analyse des informations sur les personnages du livre avec ajout d’informations en cohérence avec la situation. D’autres ont dû s’atteler à la création d’informations pour les comptes ajoutés à l’histoire initiale.

  • Les élèves ont créé un profil et une image de couverture, mais aussi une présentation pour leur personnage sur Twitter (comptes de classe ouverts par l’enseignante) : question de l’identité numérique, de ce que l’on montre de soi.
  • En EMI, une réflexion sur l’image a été amorcée : quelles photos peut-on utiliser, que partage-t-on ?
  • Prise en main spontanée de Twitter par certains élèves via des comptes personnels permettant un échange hors classe.

Etape 2 : du scénario au projet de fil

Le texte du livre a été découpé en 5 parties. Après le travail en 4 groupes (un par personnages) au sein de chaque classe, création pour chaque classe de 5 nouveaux groupes (un par partie du récit) constitués d’ambassadeurs de chaque personnage. Chaque groupe nouvellement formé s’est chargé d’une partie de l’œuvre, les élèves devaient négocier la trame narrative et le contenu en veillant à respecter la cohérence du récit.

  • Travail sur les hashtags, sur les images ou infographies en lien avec le texte.
  • Création et production d’images pour illustrer les tweets à l’aide de Canvas, Piktochart, ou Paint.

La rédaction des tweets a tout d’abord été réalisée sur Google docs afin de veiller à la longueur des tweets, au respect de l’orthographe et de la syntaxe et de la cohérence narrative. Cela a favorisé la mise en relation du travail de la classe n°1 avec celui de la classe n°2.

Nos outils communs :

  • Hashtag commun aux publications : #MBPrev
  • Mention des autres personnages si nécessaire dans les tweets (@…)
  • Choix de # appropriés selon la situation (ex. #propagande #resistance)

Etape 3 : publication

L’idéal aurait été de jouer le jeu de la publication en direct. Mais le fait d’être l’enseignante des deux classes compliquait un peu les choses… Nous nous sommes donc résignés à programmer nos tweets via TweetDeck. Cette phase de travail a contribué à la réflexion sur la manipulation de l’opinion et la propagande lorsque les élèves, connectés simultanément sur le Deck aux huit comptes du projet, ont pris conscience de la possibilité que cela leur offrait de décupler leur propos et de diffuser massivement toute information, quelle que soit sa validité ou sa fiabilité.

Notons que la programmation des tweets a été judicieuse puisque le jour de la diffusion du projet, Twitter avait été bloqué au collège suite à une mise à jour du serveur !

Le bilan

Comme tout travail d’écriture mené en groupe dans une perspective de production collective avec l’enjeu d’être lu par un public et pas seulement évalué par l’enseignant, ce projet a suscité une grande motivation de la part des élèves. Ce type d’exercice dédramatise le passage à l’écrit sans en enlever les exigences de correction de la langue, de syntaxe et de cohérence textuelle.

Incarner les personnages leur a permis de saisir les enjeux posés par l’auteur de la nouvelle et de faire le lien avec l’Histoire.

Les élèves ont également pu renforcer leurs compétences en EMI en approfondissant la réflexion sur leur posture d’auteurs en ligne.

Mené avec les deux classes, ce travail a renforcé les liens positifs entre les élèves qui n’ont pas toujours l’habitude de voir ce que produisent leurs pairs. Dans ce cas, la prise en compte du travail de l’autre classe était primordiale à l’avancée de chaque groupe.

Les avantages de ce type de pratiques n’étaient plus à prouver pour moi (j’avais déjà tenté l’expérience avec une classe de 4è autour du roman Edorado de L. Gaudé https://storify.com/mespecel/litterature-et-geographie-des-personnages-de-rom). Cela n’a fait que renforcer mon souhait d’aller plus loin encore dans des projets d’écriture numérique tout en intégrant de manière plus formelle le dispositif Twittcontes pour travailler avec d’autres collègues et d’autres classes.

Retrouvez l’ensemble du projet par ici :

https://storify.com/MediaPrevert/raconter-matin-brun-de-f-pavloff-avec-twitter

Marie Especel

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s